• Ricochets

     

     

     

     

     

     

     

    Ricochets

    frôler

    ce qui semble

    printemps

    ce presque rien

    qui palpite

    Jardin d'ombres

    Ricochets

    Ricochets

    Avril 2013

     

     

  •  Je lègue à mes amis un bleu céruleum pour voler haut
     un bleu de cobalt pour le bonheur
     un bleu d'outremer pour stimuler l'esprit
     un vermillon pour faire circuler le sang allègrement
     un vert mousse pour apaiser les nerfs
     un jaune d'or : richesse
     un violet de cobalt pour la rêverie
     une garance qui fait entendre le violoncelle
     un jaune barite : science-fiction, brillance, éclat
     un ocre jaune pour accepter la terre
     un vert Véronèse pour la mémoire du printemps
     un indigo pour pouvoir accorder l'esprit à l'orage
     un orange pour exercer la vue d'un citronnier au loin
     un jaune citron pour la grâce un blanc pur: pureté
     terre de Sienne naturelle: la transmutation de l'or
     un noir somptueux pour voir Titien
     une terre d'ombre pour mieux accepter la mélancolie noire
     une terre de Sienne brûlée pour le sentiment de durée
     (Viera da Silva, "Le Testament")


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Manu Topic


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question.

    Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

    Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous! Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est.

    Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

                                                                          C. Baudelaire


    votre commentaire
  • La clé (Oh peuple palestinien)

    C'est drôle ils ont autour du cou
    comme le souvenir d'un coup
    qui ne guérit pas de sa plaie

    C'est une clé comme un bijou
    qui leur rappelle quand ils jouent
    une maison un champ de blé

    Il rappelle à la nuit tombée
    qu'un jour on leur a dérobé
    tout ce qu'ils avaient de plus cher

    Oui un jour qu'ils étaient distraits
    on leur a tout volé d'un trait
    à dix contre un la belle affaire

    —————————

    C'est drôle ils ont pour tout bagage
    une clé, et quand on voyage
    on se demande à quoi ça sert

    Puisqu'ils n'ont pas de robinets
    pas de feu dans la cheminée
    et partout que des adversaires

    C’est drôle jamais vu sur terre
    un peuple qui n'a pas de frères
    et qu'est entouré de cousins

    C'est à croire qu'il faut qu'on tremble
    devant celui qui vous ressemble
    et pire si c'est son voisin

    —————————

    Tous ces gens oh peine perdue
    qui ne réclamaient que leur du
    qu'on a chassé comme des rats

    On dirait que l'humanité
    en buvant son verre de thé
    leur aurait dit bon débarras

    Ce peuple que la terre admire
    et lui demande de tenir
    la tête sous un édredon

    Est un cimetière perdu
    une mise à mort assidue
    qui a vu pareil abandon ?

    —————————

    Bizarre cette clé qui pend
    en attendant que l'occupant
    veuille bien les laisser passer

    Et s'ils ont pris la clé des champs
    ils se sont promis en marchant
    de rien effacer du passé

    Ce peuple qu'est barricadé
    on dirait qu'on le joue au dé
    on dirait la cause perdue

    Mais on a jamais vu plier
    là-bas la branche d'olivier
    qui dit le combat continue.

    Magyd  Cherfi


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Christine Taubira-Gaël Faye    La rencontre


    votre commentaire
  • Colette Maze joue du piano depuis 100 ans.Elle est sur le point de sortir son 4e CD avec des interprétations de Claude Debussy.

    Elle fêtera ses 104 ans en juin 2018. 


    votre commentaire
  •                         Le vendredi 4 mai à 20h00 au cinéma CGR de Lescar (64),

                                         en présence de Marion et Elsa, les réals


    votre commentaire
  • Une réalisation de François Berchenko, Aljama Discs, et les étudiants de l'université de Toulouse Jean-Jaurès et de l'ESAV.

     

     
     

    Mémoires de la Retirada

    http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=3776


    votre commentaire

  • votre commentaire