• Musique

     

     


  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • C’est une route qui se dessine

    Là sous mes pas, sous mes yeux,

    C’était mon dernier jour à l’usine

    Dans la chaleur et le bruit,

    je n’ai vu que du feu,

    Je veux marcher,

    ne plus m’arrêter

    Qu’importe l’allure où je vais,

    Mais juste marcher, ne plus m’arrêter

    Qu’à la faveur de la lune,

    Depuis une heure, me suit ce chien

    Il a l’air si tranquille,

    Des lumières dansent,

    vacillent au loin,

    J’ignorais alors qu’aussi près de ma ville,

    Je pouvais marcher,

    ne plus m’arrêter

    Qu’importe l’allure où je vais,

    Mais juste marcher, ne plus m’arrêter

    Qu’à la faveur de la lune,

    Des enfants nagent en file indienne,

    Ils me saluent en souriant,

    Une à une les idées reviennent

    Doucement, je leur siffle de prendre le temps,

    Je veux marcher, ne plus arrêter

    Qu’importe l’allure ou le vent,

    Juste marcher, ne plus m'arrêter

    Qu’à la faveur de la lune.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •                                                                                                                     Le temps n’attend pas

    Celui qui n’a plus de temps

    Si tu n’en peux plus
    Attends-moi
    Tout seul on va plus vite
    Mais à deux on va plus loin
    A trois on fait de la musique
    Et à quatre le chemin
    A pied je sillonne les forêts les montagnes
    Et à chaque fois je m'étonne de cette tendresse qui me gâte
    Au pied de l'olivier
    Je m’arrête pour penser
    Que la vie est courte que la vie est courte
    Et pourtant Et pourtant
    Je veux prendre le temps
    Il n'y a pas de chemin
    Pour celui qui a trouvé sa place
    Juste seulement à ce destin
    Celui de regarder en face
    Si tu vois que ton but s'effondre
    C'est que ta route était
    Au pied de l'ombre de ton olivier
    Assis en tailleur
    Je contemple le monde
    Pour que chaque seconde  devienne des heures
    Au pied de l'olivier
    Je m’arrête pour penser
    Que la vie est courte que la vie est courte
    Et pourtant Et pourtant
    Je veux prendre le temps
    Dans le monde des animaux
    Je voudrais donner les mots
    Partager mon histoire
    Avec ceux qui veulent savoir
    Qu'on est tous diffèrents
    Poisson clown ou éléphant
    L’Homme et L'animal sont chacun
    Partis d'un même ancêtre commun
    Et pourtant Et pourtant
    On ferait mieux d’s’faire du souci
    Avant de  détruire l'Amazonie
    Au pied de l'olivier
    Je m’arrête pour écouter
    Le son du vent
    Le son de l’arbre
    Le son de la sève et des larmes
    Qui crie au monde entier
    Qu’il va bien trop vite pour se taire
    Qu'il va falloir supporter
    Le froid de l'hiver
    Et pourtant
    JE VEUX PRENDRE MON TEMPS
     
     
     

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Une main sur une épaule

     Chacun a bien joué son rôle

     Le rideau monte et descend  

    Le musicien se serre les dents

     Il est si bien pour une fois

    À la porte d'un café

    Son nom vient de s'effacer

     On a trouvé quelqu'un de mieux

     Le musicien se faisait vieux

     Comme un enfant, il était une fois

     Comme le rideau sur une corde  

    Le musicien monte et descend  

    Une nuit pour oublier

     Y a des problèmes qu'on veut soûler

     Une bouteille monte et descend

    Le musicien se serre les dents  

    Il est si loin, une autre fois

     À la porte d'un café

     Les noms ne font que changer

     Il a enfin compris pourquoi

     Le sien ne sera plus là

    Comme un enfant, on ne vit qu'une fois

     Comme le fond d'une bouteille  

    Le musicien a fait son temps  

    Où est allé tout ce monde

     Qui avait quelque chose à raconter  

    On a mis quelqu'un au monde

    On devrait peut-être l'écouter


    votre commentaire

  • votre commentaire