• Amelia Palacios


    votre commentaire
  • Jesus Ortiz


    votre commentaire
  • Ce qui me fait tenir…

    Une flamme de bougie au petit matin
    Un coucher de soleil embrasant le Glandasse
    La chatte noire qui veille l’instant dans son écrin
    Un silence de nacre, pur, insaisissable

    L’alcôve protectrice du tilleul centenaire
    Au-dessus d’une cabane, exilée, hors du temps
    Une mélodie qui coule, fraîche à mon oreille
    Cette intuition tenace d’avoir toujours sept ans

    Voilà ce qui me fait tenir
    Énigme des cadeaux d’une vie…

    Cette poussée de l’écrit, ce chant impératif
    Un appel comme un cri dans une nuit nomade
    Cet homme escaladant son avenir à vif
    Cette clarté de l’aube illuminant la rade

    La conscience ténue de ne jamais vieillir
    Même si quelque chose décline à chaque instant
    L’avenir insondable, le passé qui chavire
    Mais l’éternel présent dans son recommencement

    Voilà ce qui me fait tenir
    Enigme des cadeaux de la vie
    Pour s’éloigner du vide…

    L’émotion pour ces êtres qui se portent au-devant
    De nos frères migrants, exilés, rejetés
    Avec l’arme du cœur et l’intuition aimante
    De rendre fraternelle notre humanité

    Sentir confusément que notre vaste monde
    A bien été sauvé depuis son commencement
    Que tout est à sa place : l’ordre et même le désordre
    Célébrer ce miracle d’être toujours vivant…

    Voilà ce qui me fait tenir
    Et tant de choses encore que je ne saurais dire
    Voilà, en signe de réponse
    A la folie du monde
    Et ces mots pour le dire…

    Morice Benin, janvier 2018 à Die


    votre commentaire
  • Rick Stevens


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Merci Kalune!


    votre commentaire
  • Au diable les morsures
    Au diable les fissures
    Qu'elles soient d'homme ou de temps
    Le baume que j'y mets
    Est absence de sang
    La cordelette perlée
    D'une cicatrice ancienne
    Qui longtemps rougissait
    Sur l'enclume de l'hiver
    Est maintenant collier
    Serti  de souvenirs
    Au diable les griffures
    Au diable les fêlures
    La rosée du matin
    Est loupe d'avenir
    Cristal de lumière
    Qui chante sous le doigt


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  • Gabacho Maroc


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires