•  


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Restez encore un peu

    Vous les voix dans la nuit
    Peuplant nos solitudes
    Nos petits points d’appui
    Faisant nos vies moins rudes

    Les graines de poètes
    Dispersées à tout vent
    Qui nous rendez moins bêtes
    Nous faites plus vivants

    Vous nos presque jumeaux
    Notre part inventée
    Vous les jongleurs de mots
    Qui savez nous chanter

    Restez encore un peu
    Quand s’éteignent vos feux
    Restez encore un peu
    Pour une vie ou deux

    Vous les intermittents
    De ce théâtre intime
    Artistes de tout temps
    Sublimant nos abîmes

      Vous les grands funambules
    De nos cordes sensibles
    Notre point de bascule
    Notre part indicible

        Ô vous les saltimbanques
    Sans un sou dans les caisses
    Sous vos faux-nez se planquent
    De plus nobles richesses

    Restez encore un peu
    Quand s’éteignent vos feux
    Restez encore un peu
    Pour une vie ou deux

     à Nilda…

    PhilippeThivet

    http://philippethivet.e-monsite.com/

     
     

    votre commentaire
  • Demandez son avis à Yann. Il a le sens des réalités...

     


    votre commentaire
  • La suite des échanges du printemps dernier?

    Jolie surprise dans la boîte aux lettres ! Pas de nom d'expéditeur !

    Mais merci  , je vais semer les graines et en prendre soin !

     

     

     


    votre commentaire
  •         

       Mon rêve familier

    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
    Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
    Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

    Car elle me comprend, et mon cœur transparent
    Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
    Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
    Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

    Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l’ignore.
    Son nom? Je me souviens qu’il est doux et sonore,
    Comme ceux des aimés que la vie exila.

    Son regard est pareil au regard des statues,
    Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
    L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

    Paul Verlaine, Poèmes saturniens

     

     
     

    votre commentaire
  • http://www.jacquesperconte.com


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Qu’est-ce au juste que la voix ? Comment fonctionne-t-elle ?

    Que dit-elle de l’identité de celui qui la possède ?

    La belle histoire de la voix


    votre commentaire
  • "Découvert ce bel œil sur un pin hier"

    Lateefa Spiker

    http://lateefaspiker.co.uk/gallery/artworks/


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Olalarte


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Mareoja


    votre commentaire
  • Dans ton for (t) intérieur...


    votre commentaire
  •  

    « Au centre de ton être, tu  as la réponse ;

    tu sais qui tu es et tu sais ce que tu veux. »

    Lao Tseu


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire